Commentaires sur les marchés – Automne 2019

Nicolas Massicotte

Planificateur financier

18 novembre 2019

Dès les premiers jours de novembre, on sent déjà que les beaux jours sont derrière nous. Avec la grisaille et la neige, certains ont déjà commencé à examiner les possibilités d’un petit voyage au soleil au cours de prochains mois. Si c’est le cas, êtes vous préoccupés par celui qui pilotera votre avion?

La question peut surprendre. Après tout, les compagnies aériennes sont réglementées, les pilotes sont triés sur le volet et suivent des formations intensives sur plusieurs années. Ils ont l’obligation de se tenir à jour et d’être au sommet de leur forme avant un vol. Alors pourquoi s’inquiéter? On choisit la destination (et parfois aussi le transporteur), puis on remet tout dans les mains de l’équipage en se disant qu’ils ont les qualifications et l’expérience requise pour nous amener du point A au point B.

Le parallèle entre le pilotage d’un avion et la gestion du patrimoine est frappant. Tout d’abord, à la base il y a la question de la confiance. Sans celle-ci, personne ne se risquerait à s’installer pour des heures dans ce qui est, après tout, une boîte de métal qui vole à 1000 km/heure, portée par de l’air. Personne non plus ne se risque à confier ses avoirs, et donc le futur financier de sa famille, sans établir tout d’abord une relation de confiance. Celle-ci est toutefois basée sur la compréhension qu’il y a un processus, des mesures de sécurité et des données probantes qui démontrent que lorsque tout est fait dans les règles de l’art, les risques sont amenuisés (bien que jamais nuls).

En matière de placements, il est important d’être rassuré sur l’existence d’un processus, et des mesures de sécurité appropriées. D’avoir mis en place une structure dans laquelle nous sommes confortables (le choix du siège, du menu, de la classe par exemple pour un voyage en avion, le niveau de risque toléré, les objectifs de placement et l’horizon temporel pour ses placements) assure que le voyage se fera de la meilleure façon.

Dans les deux cas, on ne peut prévoir les turbulences, qui ne manquent pas d’arriver de temps à autre. Mais en étant préparé et en ayant confiance dans les capacités de l’équipage à nous préparer adéquatement et à nous guider lorsque celles-ci surviennent, on évite les mauvaises décisions.

Pour ceux qui s’intéressent aux tendances des marchés boursiers, je publierai régulièrement les analyses de Marc St-Pierre, qui fait partie de notre comité de placement PHARE. Si vous avez visionné quelques-unes des capsules vidéo de Marc que nous avons produites au cours des dernières années, vous reconnaîtrez son style. À la lecture de ces analyses, vous serez à même de constater qu’il y a un pilote dans l’avion et tout un équipage à votre disposition. Pour y accéder, cliquez simplement ICI.

Je dis souvent que de s’intéresser au monde de la finance, ce n’est pas une obligation. Si constater les hauts et les bas des marchés vous stresse, faites autre chose! Par contre, ça peut certainement être utile quand l’information nous permet de mieux comprendre nos propres biais en tant qu’investisseurs et de reconnaître l’influence que nos émotions peuvent avoir sur nos décisions à long terme.

Ce que je retiens des commentaires sur les marchés cette fois-ci :
• Sur une période de douze mois, les obligations ont très bien performé. C’est une observation importante, surtout pour ceux qui se demandent pourquoi ils en détiennent dans leur portefeuille.
• Avec des indicateurs économiques moins favorables qui s’annoncent, il est sage de ne pas s’attendre à de forts rendements. La diversification des portefeuilles est la clé pour passer à travers de telles périodes.